message
  Atout Micro


Magazine et webzine à la fine pointe de
l'informatique grand public depuis 27 ans

Média gratuit soutenu par la publicité

Recherche sur l'ensemble du site

 

Invitez des amis à profiter aussi du site d'Atout Micro

Se dénicher un emploi par Internet

par Danielle Shaw - mai 2010

Lorsqu'on recherche un emploi, toute aide est appréciée et toute annonce est prise en considération. On ne sait jamais. Même si les annonces imprimées sont encore exploitées, c'est surtout vers Internet que se tournent maintenant les chercheurs d'emplois.

La recherche d'emplois sur Internet s'est en effet beaucoup développée au cours des dernières années. Internet est devenu une sorte de grand tableau d'affichage où employeurs et candidats peuvent inscrire eux-mêmes les emplois disponibles ou convoités. Sans parler de concurrence entre les portails d'emplois, le nombre d'offres peut quand même varier beaucoup d'un site à l'autre, le nombre de services connexes également. Certains sites d'emplois ajoutent des services comme de la formation gratuite ou payante, de l'aide à la rédaction de curriculum et à la mise en page, de la formation à la préparation d'une entrevue, des tests en ligne d'évaluation de compétences... Néanmoins, malgré ce potentiel bien prometteur, aucune étude récente ne semble avoir réussi à démontrer qu'il soit plus facile de trouver l'emploi rêvé par Internet. Quoi qu'on dise, lorsqu'un emploi attire vraiment, rien ne remplace une rencontre en direct, surtout lorsqu'on nous mentionne que notre candidature est intéressante et qu'on devrait nous contacter éventuellement... De ce fait, les salons de l'emploi constituent une belle opportunité de rencontrer des employeurs et de leur faire part de notre disponibilité. Ces salons à ne pas dédaigner se tiennent régulièrement dans différentes régions du Québec. Le calendrier des prochains Salons de l'emploi est disponible à http://emploiformation.com/ pour le Québec et les employeurs peuvent même réserver un kiosque en ligne.

Si la consultation des sites d'emplois ne garantit pas d'en trouver un à la hauteur de ses espoirs, cela permet par contre d'avoir un meilleur portrait du marché de l'emploi, tant pour un étudiant qui cherche son premier emploi que pour un adulte qui doit remplacer celui qu'il vient de perdre. D'ailleurs, la nouvelle Loi québécoise de reconnaissance des acquis et des compétences permet maintenant aux adultes œuvrant en formation technique et professionnelle de faire reconnaître leur expérience en milieu de travail en fonction d'un programme d'études. Au niveau fédéral, le programme Apprentis du Canada va dans le même sens en invitant les personnes du secteur de la construction ou dans un métier (boulanger, coiffeur, couvreur, plombier...) à se renseigner sur les subventions offertes pour compléter une formation, une situation due au manque de main-d'œuvre qualifiée dans certains secteurs. En plus, les sites d'emplois peuvent servir à étudier les possibilités d'emplois moins stressants, mieux payés, à temps partiel, dans une autre région ou même à l'étranger.


Les principaux sites de recherche d'emploi

Emploi Québec est le site incontournable pour la personne en recherche d'emploi au Québec ou au Canada, même pour l'employeur qui a un besoin urgent de personnel qualifié. On peut s'y inscrire en ligne comme chercheur d'emploi, employeur ou étudiant ou seulement consulter les offres sans s'inscrire. Emploi-Québec publie les candidatures reçues dès leur réception. Le fait de s'inscrire est avantageux parce qu'il permet en plus de recevoir par courriel au fur et à mesure les alertes d'emplois et de stages.

Guichet emplois est le pendant fédéral du site d'emploi du Québec mais pour le Canada. On peut s'y créer un compte comme chercheur d'emploi ou comme employeur. On peut aussi consulter sur ce site une liste d'agences de placement (la plupart en anglais).

Les moteurs de recherche d'emplois canadiens, comme Jobboom, Workopolis et Monster.ca, fonctionnent pour leur part de la même façon, avec une inscription gratuite pour l'employeur et le chercheur d'emploi. Les nouvelles offres d'emplois y sont affichées quotidiennement et consultables par région, catégorie, date de publication. Jobboom.com est une filiale de Canoë qui demeure l'un des moteurs de recherche les plus utilisés. À titre de référence, il comptait plus de 2 646 000 membres en avril 2010. Son site offre en plus une documentation intéressante soit gratuite sur la formation, soit payante, comme son livre intitulé Les carrières d'avenir 2010 qu'on peut télécharger pour mieux connaître le marché de l'emploi. Le moteur Workopolis permet aux employeurs d'accéder à une banque de curriculum vitae comprenant près d'un million de candidatures. Les employeurs désirant s'assurer une plus grande visibilité de leurs offres d'emplois peuvent aussi acheter des bannières publicitaires sur le site. De leur côté, les candidats peuvent s'abonner à un fil RSS qui leur permet de recevoir automatiquement les nouvelles offres d'emplois quand elles arrivent en ligne. La filiale canadienne de Monster, Monster.ca, compte également parmi les sites de recrutement d'emplois les plus utilisés. On peut produire son CV directement sur le site ou le télécharger, ajouter une lettre de motivation et utiliser le moteur de recherche par mot-clef, ville et code postal.

La Toile des Recruteurs s'est aussi taillé une place en proposant aux Canadiens quatorze sites spécialisés d'emplois dans divers domaines, une façon de rendre la recherche plus efficace. Pour n'en citer que quelques-uns, ITJob.ca s'intéresse au domaine des technologies de l'information, Legaljob et ParaLegaljob.ca au domaine juridique, Adminjob.ca au soutien administratif et secrétariat, Temps-Partiel.ca aux emplois à temps partiel...


Les agences de placement

Les agences privées de placement constituent une alternative intéressante pour un chercheur d'emploi. Elles servent en fait d'intermédiaires entre l'employeur et le candidat inscrit à l'agence. Le suivi s'y fait généralement beaucoup plus rapidement qu'avec les sites généraux d'emplois étant donné que la santé financière de l'agence est liée à sa capacité à repérer rapidement le candidat idéal pour les besoins d'une entreprise. Pour les chercheurs d'emploi, le coût d'inscription est généralement gratuit de même que les tests de qualification auxquels ils doivent parfois se soumettre. Vu le grand nombre d’agences de placement, il est préférable de consulter le répertoire d’agences québécoises de placement qui en regroupe plus de 250, classées par domaine. Pour chaque agence, on indique si les postes disponibles sont affichés en ligne et si elle accepte les candidatures par courriel ou formulaire électronique


Les sites spécialisés

Il existe aussi des sites d'emplois spécialisés qui permettent d'éviter les pertes de temps et d'énergie. En voici quelques-uns:

AgEmploi.com offre des emplois dans le domaine agricole et agroalimentaire. On peut y déposer une demande comme employeur ou son curriculum si on est à la recherche d'emploi. Les postes offerts sont diversifiés: agronome, informaticien, horticulteur, journaliste, gérant de ferme... On y annonce des emplois à temps plein, partiel ou comme étudiant dans les diverses provinces canadiennes.

En santé, le site de l'Agence de la santé et des services sociaux de Montréal répertorie les emplois disponibles dans les différentes régions du Québec et à Montréal. On peut aussi visiter Carrières en santé.

Dans l'industrie automobile, le site Auto-jobs.ca répertorie les emplois dans tout le Canada.

Pour un emploi dans la fonction publique du Québec ou du Canada, le processus de recrutement est aussi informatisé. Pour le Québec, il faut s'inscrire sur le site http://www.carrieres.gouv.qc.ca/obtenir-un-emploi/index.html tandis que pour la fonction publique fédérale, il faut postuler à http://jobs-emplois.gc.ca/index-fra.htm.

Les personnes atteintes d'une limitation fonctionnelle peuvent recourir aux services du Comité d'adaptation pour personnes handicapées (CAMO) situé à Montréal. CAMO affiche sur son site web des offres d'emplois de partenaires et invite les employeurs à y afficher leurs offres d'emplois. Le site comprend aussi de l'information pour les jeunes entre 18 et 35 ans qui veulent retourner aux études.

Les étudiants peuvent aussi compter sur les services de placement offert par leur maison d’enseignement, comme les universités et les cégeps. Ainsi, le Service de Placement de l'Université Laval propose aux étudiants des emplois et des stages dans le domaine de leur formation. Les employeurs peuvent y afficher des postes et trouver l'employé ou le stagiaire dont ils ont besoin. Le Service de placement du Cégep du Vieux-Montréal propose à tous les étudiants diplômés du CVM de les aider à trouver un emploi dans leur secteur d'études. D'autres services de placement étudiant de cégeps comme celui de Sept-Îles visent principalement à aider les étudiants à trouver un emploi durant leurs études ou durant l'été.


Les grandes entreprises

Les grandes entreprises font aussi du recrutement directement sur leur site web. Il s'agit de taper le nom de la compagnie en question et les mots carrière ou emploi pour y accéder avec un moteur de recherche. On y trouve à la fois les postes disponibles, un formulaire à remplir ou un espace pour transmettre son CV. En voici quelques exemples:

Bell Canada

Bombardier

Le Cirque du Soleil

Hydro Québec

Telus

Vidéotron


Un emploi depuis la maison

Même si l’on compte un bassin croissant de travailleurs autonomes qui travaillent depuis leur domicile, on trouve une minorité d'emplois disponibles pour travailler depuis chez soi. Il semble que la meilleure façon d’offrir des services qu'on peut faire chez soi serait de les annoncer sur son propre site web. Selon ses compétences, on pourrait par exemple offrir la correction de travaux écrits, la traduction de documents, la saisie de données, le montage d'un site web, la numérisation d'images, ... Ceux qui sont doués au plan manuel et artistique pourraient opter pour l'ouverture d'une boutique en ligne pour y vendre leur production personnelle (tricots, bricolages, bijoux, sculptures…) comme le font plusieurs personnes sur le site américain Etsy.

Parmi les quelques propositions de postes que nous avons pu voir pour travailler depuis chez soi, les emplois avaient rapport au télémarketing et aux sondages. L’Office de protection du consommateur du Québec recommande sur son site la prudence avant de s’engager pour un travail à faire depuis la maison en étudiant bien toutes les conditions de l’offre d'emploi.


Des stages non rétribués en entreprise ou en collaboration internationale

Les stages en entreprise constituent une opportunité de vérifier si un travail nous plaît vraiment. Même s'ils ne sont pas payés, on peut en retirer beaucoup. On peut trouver des stages dans beaucoup de disciplines, au Québec, dans une autre province canadienne ou en France dans le cadre de l'Accord France-Canada sur la mobilité des jeunes. On peut là encore lancer une recherche en indiquant le nom de l'entreprise accompagné du mot stage...

Les stages en solidarité internationale au Québec ou à l'étranger s'adressent pour leur part aux 18-35 ans Il existe un bon nombre de projets à caractère social qui sont répertoriés sur le site du Ministère des Affaires internationales. On peut choisir par pays ou domaine d'activité (santé, agriculture, environnement, éducation, communication...). Si on a moins de 35 ans, on peut aussi se joindre à un projet mis de l'avant par l’Office franco-québécois pour la jeunesse


Bénévolat ou mentorat

Faire du bénévolat peut aussi être une façon d’entrer en contact avec des gens. Le Secrétariat à l'action communautaire autonome et aux initiatives sociales du Québec a produit des dépliants qu'on peut télécharger du site afin d'inciter les jeunes, les immigrants et les aînés à faire du bénévolat. En fait, qu'on soit retraité ou semi-retraité, rien n'empêche de faire profiter son entourage de ses compétences. On peut consulter le site canadien Benevolat.ca à et Le bénévolat et la santé des aînés pour connaître les possibilités dans sa région. Faire du mentorat auprès des jeunes en leur permettant de partager son expérience de travail dans un domaine peut aussi être captivant. Depuis plus de dix ans, Academos permet de faire du cyber-mentorat auprès de jeunes du deuxième cycle du secondaire ou du collégial, en leur permettant de profiter de ses compétences.


Internet ouvre vraiment un tas de possibilités à tous ceux qui recherchent un emploi. Ce n'est cependant pas magique et il faut s'attendre à passer de longues heures en lignes puis à devoir passer plusieurs entrevues avant d'arriver à la job espérée. Mais on se sait jamais...
 


Copyright © 2011, PICSHA - Tous droits de reproduction réservés